L’AIGM prend acte de la Contribution commune de l’ANESF et de l’ISNAR-IMG sur la santé de la femme

L’Association nationale des Internes et Assistants de Gynécologie Médicale (AIGM), association représentative des jeunes Gynécologues médicaux, prend acte de la Contribution commune que viennent de publier l’ANESF (Etudiants Sage-femmes) et l’ISNAR-IMG (Internes de Médecine générale) concernant la première ligne de soin de la santé de la femme.

 

L’AIGM rappelle ainsi son attachement au travail commun des différents acteurs participant à la promotion de la santé de la femme. La complémentarité des professions que sont la Maïeutique, la Gynécologie médicale, la Chirurgie gynécologie, l’Obstétrique et la Médecine générale, fait la richesse de l’offre de soins en France avec des personnels adaptés à chaque situation. De plus les enjeux de démographie médicale impose un réel partenariat entre nos métiers. Ainsi, plus le nombre de praticiens au fait de la santé de la femme et de ses pathologies spécifiques sera élevé, meilleure sera la prise en charge médicale de nos concitoyennes.

 

C’est ainsi qu’en tant que futurs praticiens, nous sommes pleinement conscients du défi de santé publique qui se profile. Dans cet optique, l’AIGM rappelle l’absolue nécessité de l’augmentation du nombre de postes offerts dans le DES de Gynécologie médicale aux Epreuves classantes nationales (ECN), processus amorcé depuis 2008, dont nous attendons la poursuite et l’amplification.

 

L’AIGM souhaite enfin continuer à travailler de concert avec l’ANESF, l’ISNAR-IMG mais aussi l’AGOF (Jeunes Chirurgiens gynécologues et Obstétriciens), dans les discussions ayant trait à la santé de la femme afin de pouvoir construire ensemble un avenir propice à l’amélioration des indices de santé.