IX – Exercice à l’étranger

L’exercice de la gynécologie médicale est possible à l’étranger cependant sous quelques conditions. En effet la spécialité en gynécologie médicale n’est pas visée par l’annexe V.5.1.3 de la directive 2005/36/CE relative à la reconnaissance automatique de cette spécialités dans les Etats membres de l’Union Européenne. Seule la spécialité en gynécologie-obstétrique figure dans l’annexe précitée et tombe dans le système de reconnaissance automatique entre les Etats membres figurant pour cette spécialité dans l’annexe.

Dans les pays où le DES de gynécologie n’existe pas, un médecin français titulaire de ce DES devra introduire un dossier auprès de la commission d’agrément des médecins spécialistes en gynécologie-obstétrique du pays concerné.

Après examen du dossier, cette commission rendra un avis qui sera:

  • soit une reconnaissance automatique avec le titre professionnel particulier de médecin spécialiste en gynécologie obstétrique,
  • soit se soumettre à une mesure de compensation qui sera de refaire tout ou une partie de formation dans le pays concerné pour obtenir le titre professionnel particulier de médecin spécialiste en gynécologie obstétrique.
L’avis ce cette commission sera transmis au Ministre de la Santé Publique qui prendra la décision finale quant à la reconnaissance professionnelle de cette qualification.